Pour accéder à ce site, vous devez être majeur.
êtes-vous majeur ?
OUI
NON
Espace pro
Naturellement singulier - Climat
fleche retour
02.

Climat

LE SOMMELIER DU TEMPS

Le climat méditerranéen règne en maître sur ces terres escarpées et ensoleillées. Le vignoble est situé entre mer et montagne. Grâce à l'influence combinée de ces deux éléments, la zone côtière où se situe la majorité des vignes se distingue par la clémence des température, et ce, en toutes saisons. Les étés sont chauds et secs tandis que les hivers sont très doux, ce qui favorise la qualité des raisins. Une des principales constantes du climat Corse réside également dans son ensoleillement exceptionnel avec 2 885 heures de soleil par an en moyenne. Cependant, la présence de nombreux reliefs, autorise une forte pluviosité, ainsi que l’influence croisée du mistral de Provence, le libeccio de Gibraltar ou encore la tramontane du Nord-Ouest. La juxtaposition de microclimats dessine les silhouettes de vins aux multiples caractères.

UNE CLIMATOLOGIE SPÉCIFIQUE

L’île bénéficie d’un climat méditerranéen influencé par la présence de la mer et des montagnes. Il se caractérise par un ensoleillement, mais également des précipitations parmi les plus élevées de France. La douceur estivale et la clémence des hivers sont favorables à la vigne. Les vents nombreux jouent un rôle régulateur sur le climat et diminuent les risques de maladies cryptogamiques. La géographie particulière de l’île crée un grand nombre de microclimats, mais le climat général se caractérise par :

 

DOUCEUR : l’isotherme annuel est de 17 °C en plaine et de 15 °C en montagne. Elle bénéficie d’étés chauds et d’hivers doux (mais fréquemment neigeux).

 

ENSOLEILLEMENT : il est compris entre 2470 et 2885 heures d’ensoleillement. Ce très bon ensoleillement est un facteur positif pour la maturité du raisin, en particulier pour la fabrication des anthocyanes.

 

PRÉCIPITATIONS : la Corse reçoit 10560m3/hectare/an ce qui la place au rang des zones les plus pluvieuses de France. La répartition des pluies n’est pas homogène sur l’île. Les zones les plus pluvieuses sont les zones montagneuses et la région du Cap Corse.

 

UNE SITUATION EXCEPTIONNELLE DE SÉCHERESSE ESTIVALE : de 0 à 400 m dans la zone favorable à la culture de la vigne, la sécheresse estivale couvre une période de 3,5 mois sur la côte ouest et de 2,5 mois sur la côte est. Soleil, précipitations, vents parfois violents, écarts de températures importants ont façonné ce cadre naturel dans lequel, depuis plusieurs siècles, se sont constitués les terroirs viticoles corses.

LE RÔLE DES VENTS

Les vents sont nombreux et parfois violents (plus de 200 km/h), il peut s’agir de vents régionaux ou de brises locales.

 

LES VENTS RÉGIONAUX

 

Ils soufflent dans toutes les directions : le mistral qui arrive de Provence est sec et violent. La tramontane est un vent sec et froid venu des Alpes. Le gregale est originaire des Apennins et apporte la pluie. Le libeccio qui vient de Gibraltar est le plus fréquent. Il souffle 85 jours par an à Ajaccio, 147 jours par an au Cap Corse, 192 jours/an à Bonifacio. Il apporte les pluies à l’ouest. Le sirocco qui peut apporter du sable rouge du Sahara dessèche la végétation. Le Cap Corse et Bonifacio sont les régions les plus ventées et ne comptent que 16 jours sans vent par an.

 

LES BRISES LOCALES

 

Les brises régulières de mer et de terre ont une influence sur le climat. La brise de mer souffle un air frais venant de la mer à partir de 9H du matin, et jusqu’à 7H du soir, mais c’est surtout l’après-midi qu’elle est importante, car l’air s’est alors réchauffé. Elle a un effet sur les traitements de la vigne qui doivent être réalisés avant 9H ou après 18H. La brise de mer peut être assez forte (ce qui n’est pas le cas pour la brise de terre). La brise de terre souffle un air qui descend des montagnes. Pendant la nuit, la terre se refroidit plus vite que la mer et l’air devient alors plus frais. Elle débute quelques heures après le coucher du soleil et continue à souffler 2 à 3 heures après le lever du soleil jusqu’à ce que les températures s’équilibrent entre terre et mer.